Le secteur des transports empêche la Belgique d'atteindre ses objectifs en matière de climat

La Belgique n'atteindra probablement pas les objectifs environnementaux européens convenus en matière d'émissions de CO2 et d'énergie verte, bien qu'il y ait des différences selon les secteurs. Le secteur des transports, en particulier, éprouve des difficultés à abandonner les combustibles fossiles. Telles sont les conclusions d'une étude menée par le Bureau fédéral du Plan.

La Commission européenne impose à chaque État membre des objectifs pour 2030 en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d'énergies renouvelables . L' Europe devrait devenir neutre sur le plan climatique d'ici 2050.

La Belgique, par exemple, doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 47 % d'ici 2030 par rapport à 2005. Cependant, les calculs par le Bureau du Plan montrent que la réduction dans notre pays restera probablement de 32 % d'ici là, en raison des différences entre les secteurs.

Combustibles fossiles

Les secteurs résidentiel et des services atteindraient facilement cet objectif intermédiaire, respectivement de 54 % et 62 %, mais le transport de marchandises, en particulier, semble avoir beaucoup de mal à se détourner des combustibles fossiles.

Même dans le secteur du transport de passagers, cela deviendra difficile car l'interdiction européenne de vendre des voitures à moteur à combustion n'entrera pas en vigueur avant 2035. Par conséquent, le secteur des transports devra faire l'objet d'une attention particulière, le secteur des transports devra faire l'objet d'une attention particulière, notamment en ce qui concerne l'électrification du parc automobile.

Hausse des prix de l'énergie

La Belgique doit faire des efforts importants pour porter sa part d'énergie renouvelable au niveau souhaité. Des investissements importants devront être réalisés dans les technologies alternatives pour mener à bien la transition. En conséquence, le Bureau du Plan prévoit que les prix de l'énergie "augmenteront de manière significative" pour les ménages et le secteur des services jusqu'en 2030.

Le Bureau du Plan prévoit que les émissions en Belgique diminueront moins rapidement d'ici 2050. Cela s'explique notamment par le retard pris par l'industrie et les producteurs d'électricité dans l'élimination progressive des émissions de carbone : en 2050, ces secteurs utiliseront encore beaucoup de combustibles fossiles.

Défi

Selon les objectifs européens actuels, la part de l'énergie renouvelable en Belgique doit augmenter pour atteindre au moins 34 % d'ici 2030, mais, selon l'évolution projetée, elle resterait à 24 %. l'évolution prévue, elle resterait à 24 %. Les coûts de la transition énergétique augmenteront sensiblement jusqu'en 2030 (en raison des investissements dans les technologies alternatives) et diminueront à nouveau après 2030.

Pour l'industrie, la part des coûts énergétiques dans les coûts totaux doublera d'ici 2030. "Le défi est particulièrement important dans l'industrie métallurgique, les produits chimiques et le secteur des minéraux", indique le Bureau du Plan. "Les coûts élevés pourraient inciter les entreprises industrielles à s'installer dans d'autres régions où l'énergie est beaucoup moins chère", conclut le Bureau.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer