Proxima concurrencera les trains à grande vitesse de la SNCF en France

La SNCF, l'opérateur ferroviaire national français, va se doter d'un concurrent supplémentaire. Soutenue par un fonds d'investissement, la nouvelle société Proxima prévoit d'acquérir 12 trains à grande vitesse d'ici la fin de la décennie pour relier Paris à Angers, Rennes, Nantes et Bordeaux.

Rachel Picard, cofondatrice et directrice générale de Proxima, est bien connue du monde ferroviaire. Jusqu'au début des années 2020, elle était la patronne du TGV à la SNCF. Proxima deviendra le premier opérateur indépendant de trains à grande vitesse en France si le lancement a lieu.

10 millions de nouveaux sièges

Proxima entend offrir 10 millions de nouveaux sièges sur l'axe atlantique. Il prévoit d'utiliser 12 trains à grande vitesse de dernière génération d'Avelia Horizon, le même modèle que le TGV M que la SNCF va mettre en service au second semestre 2025.

Ces trains à deux étages de dernière génération, construits par Alstom, offrent plus de places assises que les TGV actuels : 720 passagers pour le TGV M, contre 560.

Pour la maintenance des rames, Proxima a signé un accord avec Lisea, concessionnaire de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux (Groupe Vinci), pour l'utilisation de son centre de maintenance, actuellement en construction à Marcheprime, près de Bordeaux.

Les nouveaux projets peinent à démarrer

L'annonce de Proxima intervient alors que plusieurs sociétés indépendantes ont récemment abandonné leurs efforts. Midnight Trains, qui voulait relancer les trains de nuit, vient d'abandonner après l'échec de sa deuxième levée de fonds. La coopérative Railcoop, dont l'objectif principal était la réouverture de la ligne directe Bordeaux-Lyon, a été liquidée fin avril.

D'autres start-ups ferroviaires veulent se lancer rapidement, comme Kevin Speed, qui s'est engagé à acheter 20 trains à Alstom pour ouvrir des liaisons entre Paris et Lille, Lyon et Strasbourg d'ici 2028.

Le Train, créé en 2020, prévoit de lancer des services régionaux à grande vitesse dans l'ouest de la France en 2026 et a commandé 10 trains au fabricant espagnol Talgo.

Soutien d'un milliard d'euros de la part d'Antin Infrastructure Partner

Proxima met en avant deux phénomènes pour justifier le lancement du projet : l'émergence d'une conscience écologique chez les voyageurs, les amenant à préférer le train à l'avion, et le développement du télétravail depuis la pandémie de Covid-19, amenant les salariés à habiter de plus en plus loin de leur lieu de travail.

Proxima a obtenu le soutien d'un fonds d'investissement, Antin Infrastructure Partner, l'un des leaders mondiaux de l'investissement en infrastructures, pour réaliser le projet. Par son investissement d'un milliard d'euros, Antin est devenu l'actionnaire principal de Proxima.

Rachel Picard codirigera Proxima avec son associé Timothy Jackson, qui a dirigé les activités de la RATP en Grande-Bretagne et en Irlande mais a également fondé Alpha Trains, une société de location de matériel roulant.

Les premiers essais dynamiques avec les trains Proxima auront normalement lieu au début de l'année 2027.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer