Les immatriculations de voitures dans l'UE ont baissé de 3 % en mai, les VE perdent des parts de marché

Selon les données de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), les immatriculations de voitures dans l'Union européenne ont diminué de 3 % en mai 2024. Des baisses ont été observées dans trois des quatre principaux marchés de la région : Italie (-6,6 %), Allemagne (-4,3 %) et France (-2,9 %). L'Espagne, en revanche, a enregistré une croissance modeste de 3,4 % le mois dernier.

Malgré le recul du mois de mai, les immatriculations de voitures depuis le début de l'année sur les cinq premiers mois de 2024 ont augmenté de 4,6 % pour atteindre 4,6 millions d'unités. Les plus grands marchés de l'Union européenne ont tous affiché des performances similaires, l'Espagne (+6,8 %), l'Allemagne (+5,2 %), la France (+4,9 %) et l'Italie (+3,4 %) enregistrant une croissance depuis le début de l'année.

Par source d'énergie

En mai, les voitures électriques à batterie représentaient 12,5 % du marché automobile de l'UE, contre 13,8 % l'année précédente. Dans le même temps, les véhicules hybrides-électriques ont continué d'accroître leur présence, passant de 25 % à près de 30 % du marché. La part combinée des voitures à essence et diesel est tombée à 48,5 %, contre 52,1 %, et représente désormais moins de la moitié du marché.

Électrique

En mai 2024, les immatriculations de voitures électriques à batterie (BEV) ont baissé de 12 % pour atteindre 114 308 unités, faisant chuter leur part de marché totale à 12,5 %. La Belgique, désormais troisième marché en volume pour les BEV, et la France ont été les seuls marchés clés à enregistrer une croissance, respectivement de 44,8 % et de 5,4 %.

En revanche, l'Allemagne (-30,6 %) et les Pays-Bas (-11,7 %) ont connu des baisses importantes le mois dernier. De janvier à mai, 556 276 nouvelles voitures électriques à batterie ont été immatriculées, soit une augmentation de 2 % par rapport à l'année dernière.

Hybride

Les immatriculations de voitures hybrides rechargeables ont diminué de 14,7 % le mois dernier, avec des baisses significatives dans deux des plus grands marchés : Belgique (-36,6 %) et France (-19,4 %). L'Allemagne a connu une modeste augmentation de 1,7 %, qui n'a pas suffi à compenser la tendance négative générale. Les véhicules hybrides rechargeables ont représenté 6,5 % du marché automobile en mai, avec 59 333 unités vendues.

Malgré le déclin global du marché, l'hybride-électrique est le seul segment à afficher une croissance, les immatriculations de voitures ayant augmenté de 16,2 % en mai pour atteindre plus de 272 568 unités. Trois des quatre plus grands marchés pour ce segment ont enregistré des gains solides : France (+38,3 %), Espagne (+25,4 %) et Italie (+7,4 %).

L'Allemagne, au contraire, a connu une légère baisse de 0,7 %. Cette croissance globale a porté la part de marché des véhicules hybrides-électriques à près de 30 %, un nouveau record, alors qu'elle était de 25 % en mai 2023.

Essence et diesel

En mai 2024, les ventes de voitures à essence ont diminué de 5,6 % pour atteindre 323 551 unités, avec des baisses notables sur des marchés clés tels que la France (-20,3 %) et l'Espagne (-1,8 %). En revanche, l'Italie et l'Allemagne ont affiché des taux de croissance modestes de 4,1 % et 2,1 %, respectivement. En conséquence, la part de marché de l'essence a diminué de 36,5 % à 35,5 % par rapport au mois de mai de l'année précédente.

Le marché des voitures diesel a connu une baisse encore plus importante de 11,4 % pour atteindre 118 733 unités, ce qui représente 13 % du marché. Des baisses significatives ont été observées sur des marchés importants comme l'Italie (-30,5 %), la France (-24,8 %) et l'Espagne (-15,4 %). L'Allemagne a connu une modeste augmentation de 3,2 %.

AELE + ROYAUME-UNI

Si l'on considère les pays de l'AELE (Islande, Norvège, Suisse) et le Royaume-Uni pour les immatriculations de mai 2024, on constate une baisse des véhicules électriques purs dans les pays de l'AELE (très marquée en Islande avec -82,2%), mais aussi une hausse des BEV au Royaume-Uni. Là aussi, les hybrides rechargeables se sont très bien comportés (+31,5%).

Les voitures hybrides se sont assez bien comportées dans tous les pays, à l'exception de l'Islande. En Islande, les immatriculations de voitures à essence ont augmenté de 68,4%, alors qu'elles ont diminué dans les autres pays, principalement au Royaume-Uni (-10,2%). Le diesel, au contraire, a augmenté de 13,9% dans les pays de l'AELE grâce à une forte croissance en Norvège (+57,8%) et en Suisse (+12%). Au Royaume-Uni, les voitures diesel ont encore régressé (-23,5%).

Globalement, le marché automobile a régressé de 10,8% dans les pays de l'AELE en mai et a progressé de 1,7% au Royaume-Uni. La même tendance peut être observée pour les cinq premiers mois : les pays de l'AELE ont connu une baisse de -6,5% et le Royaume-Uni une hausse de 7,1%.

Par marque

En mai 2024, le groupe Volkswagen (numéro un) augmente sa part de marché de 26 % à 27,3 %, les marques Skoda, Seat et Cupra affichant la meilleure croissance. Les autres marques ou groupes qui augmentent leur part de marché sont le groupe Toyota (4e, de 6,6 % à 7,6 %), Volvo (9e, de 2,2 à 2,9 %) et presque toutes les autres marques japonaises (Nissan, Suzuki, Mazda, Mitsubishi et Honda).

Le deuxième, le groupe Stellantis, continue de perdre des parts de marché (de 18,1 à 17,4 %), tandis que le groupe Renault (troisième) est également en léger recul. Le groupe BMW (6e) a perdu beaucoup de ventes le mois dernier (-17,7 %), Mini perdant presque la moitié de ses ventes (-45,6 %). Mercedes (7e) a réussi à conserver sa part de 5 %. Si l'on considère les cinq premiers mois de l'année, on constate grosso modo les mêmes tendances.

Hésitation

Le marché européen de l'automobile a connu une croissance de près de 5 % du nombre total d'immatriculations au cours des cinq premiers mois, mais depuis peu, le marché ralentit. Cela s'explique en partie par l'hésitation de certains grands pays à passer aux voitures purement électriques.

L'Allemagne est l'exemple le plus important : les acheteurs allemands n'apprécient plus les BEV et se tournent vers les hybrides rechargeables ou les hybrides. Même les voitures diesel ont augmenté de plus de 8 % et les voitures à essence de plus de 6 %.

Les plus grands marchés de BEV dans l'UE (plus de 25 000 ventes au cours des cinq premiers mois) sont la Belgique, le Danemark, la France, l'Allemagne (toujours numéro un, malgré le déclin), les Pays-Bas et la Suède. Avec 133 062 voitures électriques vendues en cinq mois au Royaume-Uni, le marché britannique des BEV se positionne entre les deux plus grands marchés électriques européens, l'Allemagne (140 713 BEV) et la France (128 565 BEV).

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer