M. Biden encourage les constructeurs automobiles à réduire leurs émissions de CO2 de 50 %.

Le président Joe Biden encourage l'industrie automobile américaine à réduire les émissions de CO2 de 50 % en 2032 par rapport à 2026, comme il l'avait annoncé pour la première fois en avril de l'année dernière. Toutefois, sous la pression des constructeurs automobiles et des syndicats, il a autorisé une approche plus "souple" pour atteindre cet objectif au cours de la période 2027-2030, en supprimant les quotas stricts concernant le nombre de véhicules à émissions nulles qui doivent être vendus.

Il s'agit d'un soupir de soulagement pour les constructeurs automobiles traditionnels, qui s'appuient encore largement sur leurs modèles à moteur à combustion interne rentables, alors que l'adoption des véhicules électriques ralentit. Néanmoins, les nouvelles normes établies par l'Agence de protection de l'environnement (EPA) sont qualifiées de "plan le plus ambitieux jamais mis en place pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des véhicules de tourisme".

Assouplissement des règles

Afin d'éviter plus de 7 milliards de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre, l'EPA a initialement fixé des objectifs pour l'industrie automobile, à savoir qu'au moins 60 % des nouvelles voitures vendues aux États-Unis soient électriques d'ici à 2030 et jusqu'à 67 % d'ici à 2032.

Ce chiffre a été revu à la baisse mercredi : 56 % des ventes de nouveaux véhicules seront électriques d'ici 2032, 13 % seront des véhicules hybrides rechargeables ou d'autres véhicules partiellement électriques, et les véhicules à essence seront plus efficaces. L'EPA propose désormais un système réglementaire plus "neutre sur le plan technologique", qui laisse aux constructeurs automobiles une plus grande liberté pour respecter les normes d'émission.

Quelle est la rapidité d'exécution ?

L'année dernière, l'industrie automobile a réagi comme si une guêpe l'avait piquée. John Bozzella, PDG de l'Alliance for Automotive Innovation, qui représente Ford, General Motors et d'autres constructeurs automobiles, a qualifié la proposition de l'EPA d'"agressive à tous points de vue". Il a déclaré qu'elle dépassait l'objectif de 50 % de ventes de véhicules électriques fixé par l'administration Biden pour 2030, annoncé il y a moins de deux ans.

"La question n'est pas de savoir si c'est possible. La question est de savoir à quelle vitesse cela peut être fait", a écrit M. Bozzella. "La rapidité dépendra presque exclusivement de la mise en place des bonnes politiques et des bonnes conditions de marché.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer