Les modèles haut de gamme stimulent la rentabilité de BMW, qui investit massivement

Lors de sa conférence annuelle des investisseurs, BMW Group a révélé un résultat financier solide pour l'année écoulée et a esquissé des perspectives opérationnelles positives pour 2024. Cette année, le constructeur automobile consacrera un budget record à la recherche et au développement dans le domaine des nouvelles énergies, avant que ses véhicules électriques de nouvelle génération n'entrent en production.

Oliver Zipse, PDG de BMW, revient sur la poursuite d'une performance solide à l'horizon 2023. Un intérêt plus fort que prévu pour ses modèles à forte marge - Zipse a nommé l'iX, le X7 et la nouvelle Série 7 - a conduit à une marge d'exploitation de 9,8%. Avec Mini et Rolls-Royce, le groupe a livré 2,5 millions de véhicules, le chiffre le plus élevé jamais atteint, soit une augmentation de 6,4 % par rapport à 2022. Il prévoit plus ou moins de maintenir ce niveau de production pour l'exercice à venir.

Une plus grande part de VE

Le groupe BMW a également évité les amendes de l'UE, sa flotte ayant atteint une moyenne de 102,1 g/km de CO2, soit plus de 20 % de moins que l'objectif fixé. La semaine dernière, son compatriote Volkswagen a demandé à l'UE d'assouplir les réglementations, invoquant une amende beaucoup plus élevée que prévu qui a pesé sur les résultats.

La croissance des véhicules électriques ne faiblit pas pour le constructeur bavarois, puisqu'ils ont représenté 15 % des ventes totales l'année dernière, soit 375 000 unités, "en hausse de 74 %", a ajouté M. Zipse, par rapport à l'année précédente. Alors que BMW représente 3,3 % du marché automobile mondial, il s'assure 4,2 % dans le segment des véhicules électriques. À titre de comparaison, le leader Tesla détient 19 % de ce marché.

M. Zipse a également souligné la forte performance des véhicules hybrides rechargeables, ce qui renforce sa stratégie d'approche multitechnique de la décarbonisation. Les mêmes résultats ont été enregistrés dans le secteur des deux-roues, où des livraisons record (202 895 unités) ont été enregistrées en raison d'une demande croissante en Europe et en Chine.

Dépenses maximales

Néanmoins, les dividendes seront réduits car la consolidation de sa coentreprise chinoise, BMW Brilliance Automotive (BBA), a entamé le résultat net de l'entreprise. En outre, les revenus tirés des contrats de location ont chuté au cours de la période de refroidissement, ce qui devrait encore réduire le marché des voitures d'occasion.

Les perspectives financières stables prévues pour l'année à venir témoignent de la résilience de BMW. "Nous investissons dans l'avenir de notre entreprise comme jamais auparavant", a expliqué Walter Mertl, directeur financier, dans un communiqué. Il a précisé que les dépenses liées à l'électrification, aux logiciels et aux nouveaux modèles atteindront un pic cette année, avec un coût supplémentaire de 600 millions d'euros. En 2025, année d'inauguration de l'investissement le plus important jamais réalisé par l'entreprise, la série de modèles Neue Klasse, le budget consacré à la recherche et au développement commencera à diminuer.

M. Zipse a également réitéré les objectifs de vente de produits électriques à 50 %, une gamme de produits entièrement alimentés par des batteries pour Rolls-Royce et Mini, et un modèle à hydrogène d'ici à la fin de la décennie.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer