Aston Martin attire le patron de Bentley, Hallmark, comme nouveau PDG

Aston Martin a nommé le patron de son rival Bentley comme son prochain PDG. Le constructeur britannique de voitures de sport de luxe stipule qu'Adrian Hallmark remplacera l'actuel PDG Amedeo Felisa d'ici le 1er octobre de cette année.

Le nouveau patron rejoint le constructeur automobile coté à Londres après avoir quitté son rival de luxe haut de gamme Bentley Motors, où il a mené une amélioration des performances financières depuis son arrivée à la tête de l'entreprise en 2018. Cette nomination intervient dans le cadre d'une année clé pour Aston Martin, qui fait avancer la production de sa nouvelle supercar Valhalla.

La marque britannique la plus désirable ?

Lawrence Stroll, président exécutif d'Aston Martin et actionnaire principal, a commenté : "Lorsqu'Amedeo a été nommé PDG, j'ai dit qu'il dirigerait une nouvelle phase de croissance et de développement. Deux ans plus tard, nous avons tenu cette promesse, puisque nous sommes sur le point d'achever notre passionnante nouvelle gamme de produits et que nous nous rapprochons de notre objectif : devenir la marque britannique de performance ultra-luxueuse la plus désirable au monde".

"J'aimerais rendre personnellement hommage à Amedeo, en reconnaissant non seulement ce qu'il a accompli chez Aston Martin, mais aussi tout au long de sa longue et brillante carrière au sommet de l'industrie automobile de luxe", a poursuivi M. Stroll. "Je suis heureux qu'Amedeo reste en poste jusqu'à l'arrivée d'Adrian et qu'il continue à superviser le lancement de nos prochains produits.

"Avec Adrian Hallmark, nous attirons l'un des leaders les plus compétents, non seulement dans notre segment, mais aussi dans l'ensemble de l'industrie automobile mondiale", a conclu M. Stroll. "En complément de notre direction de classe mondiale, Adrian apportera à Aston Martin une expérience inégalée dans les secteurs de l'ultra-luxe et de la fabrication britannique, afin de faire progresser notre stratégie et de poursuivre notre récent élan."

Adrian Hallmark (61 ans) a été convaincu de quitter son poste de patron de Bentley pour devenir PDG d'Aston Martin /Aston Martin.

Une ère passionnante

Adrian Hallmark a réagi : "Comme beaucoup de personnes travaillant dans le segment de l'ultra-luxe, j'ai admiré de loin la transformation continue de la marque et des produits Aston Martin et je me sens honoré d'avoir l'opportunité de travailler avec Lawrence, le conseil d'administration et les employés de l'entreprise pour mener à bien son prochain chapitre."

"La transformation d'Aston Martin est l'un des projets les plus passionnants de l'industrie automobile de luxe", a ajouté M. Hallmark. Je me réjouis de poursuivre l'élan de l'entreprise et de mettre à profit mon expérience et ma passion pour libérer le potentiel de cette marque emblématique et la mener vers un succès encore plus grand."

Felisa, l'actuel PDG, a ajouté : "Ce fut un grand privilège pour moi d'être le président-directeur général d'Aston Martin et de diriger notre marque emblématique au cours de cette période passionnante. Je suis incroyablement fier des progrès réalisés au cours des deux dernières années, qui ont permis à Aston Martin de s'engager dans une voie positive pour l'avenir. Je pense que le moment est venu pour l'entreprise de passer à une nouvelle direction".

EV reportée

L'action Aston Martin a progressé vendredi matin. Aston Martin a récemment annoncé qu'elle reportait d'un an le lancement sur le marché de sa première voiture électrique, invoquant une faible demande de la part des clients. Au lieu de 2025, comme prévu précédemment, le premier BEV d'Aston Martin ne sera pas lancé avant 2026.

Interrogé sur le segment visé par l'entreprise, M. Stroll a répondu : "Pour l'instant, nous ne voulons pas dévoiler la nature exacte des BEV" : "À ce stade, nous ne sommes pas prêts à vendre la mèche sur la nature exacte des BEV".

Il a également expliqué que l'entreprise estime que la demande n'est pas loin : "Nous pensons que la demande des consommateurs n'est pas aussi rapide que le pensaient les analystes et les politiciens. Nous pensons également qu'elle sera présente à l'avenir ; elle ne disparaîtra pas. Nous pensons qu'il y a un léger retard dans le projet."

De grandes batailles à venir ?

Dans le segment restreint mais croissant et toujours très lucratif du marché des voitures de luxe haut de gamme, les constructeurs automobiles d'inspiration anglaise - bien qu'ils ne soient plus détenus par des Britanniques - ont l'intention de jouer un rôle encore plus important à l'avenir.

Bentley et Rolls-Royce sont présentes sur le marché du luxe haut de gamme, mais si les projets de Jaguar se concrétisent dans les années à venir, la marque devra revendiquer sa part du gâteau dans ce domaine également.

Sur le marché des voitures de sport de luxe, Bentley, fille du groupe VW, devra non seulement lutter contre la concurrence étrangère (principalement italienne) mais, avec les ambitions d'Aston Martin et le soutien et le savoir-faire du géant chinois Geely, elle aura également un concurrent plus féroce sur le sol britannique.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer