Le constructeur chinois de camions électriques Windrose Tech s'installe-t-il à Anvers ?

Windrose Tech, le fabricant chinois de camions électriques, envisage de s'installer à Anvers pour y installer son siège européen, un centre de R&D et une usine d'assemblage. C'est ce qu'a déclaré le fondateur Han Wen dans une interview accordée au journal français Le Monde.

Les camions entièrement électriques de Windrose sont censés avoir une autonomie d'environ 600 km et être nettement moins chers que les camions de Tesla ou de Daimler. Actuellement, l'entreprise teste ses nouveaux produits en France (en coopération avec Decathlon) et aux Pays-Bas.

Anvers

Windrose vise à devenir un acteur du marché du transport en Chine, en Europe et aux États-Unis. Selon son fondateur et PDG Han Wen (sur son compte LinkedIn), il a rendu visite au maire d'Anvers, Bart De Wever, il y a quelques semaines pour lui faire part de son projet d'établir son siège européen dans le port belge.

Han Wen parle d'un investissement de 1 à 2 milliards d'euros qui pourrait encore être réalisé cette année si les négociations en cours aboutissent positivement. Ni Bart De Wever ni le directeur général de VOKA Antwerp Luc Luwel (VOKA est le réseau des entreprises flamandes), qui était également présent lors de la réunion à l'hôtel de ville d'Anvers, n'ont souhaité commenter l'événement pour le moment.

Le port d'Anvers-Bruges confirme que Windrose est intéressé par un siège anversois et trouve le projet intéressant, mais il ne souhaite pas faire d'autres commentaires tant que les discussions sont en cours.

Windrose Tech

L'entrepreneur chinois Wen Han (33 ans) a fondé Windrose Tech en 2022, et sa première usine se trouve près de Shanghai, en Chine. Le camion électrique Windrose est encore en phase de test mais a reçu une homologation chinoise à la fin de l'année dernière. Les premiers camions devraient être livrés en Chine à la fin de l'année.

L'entreprise teste son nouveau camion en Europe en collaboration avec Decathlon. Du point de vue du design, le camion est similaire au Tesla Semi et serait proposé à un prix d'environ 250 000 dollars, ce qui est inférieur à ce que Tesla demandera et seulement la moitié de ce que Daimler demande pour ses camions EV.

Le financement des investissements annoncés (300 millions d'euros dans un premier temps, un à deux milliards d'euros à terme) reste encore assez flou. Récemment, 70 millions de dollars ont été réunis auprès du groupe bancaire HSBC et de quelques fonds chinois.

L'entreprise prévoit de s'introduire en bourse aux États-Unis et en Europe en 2024. Deux sociétés publiques d'investissement belges (PMV et SFPIM) seraient impliquées dans les négociations.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer