Les grèves ont coûté 14 millions d'euros à Brussels Airlines et 350 millions d'euros à Lufthansa".

Les récents troubles sociaux, avec plusieurs grèves et préavis de grève, ont coûté à Brussels Airlines un montant estimé à 14 millions d'euros. En conséquence, la compagnie aérienne belge est devenue plus déficitaire au premier trimestre qu'au cours des trois premiers mois de l'année dernière.

Les grèves n'ont pas affecté uniquement la compagnie aérienne belge, puisque la société mère Lufthansa a vu l'impact des grèves s'élever à 350 millions d'euros. Néanmoins, Brussels Airline a toujours l'ambition de faire plus de bénéfices cette année qu'en 2023.

1,66 million de passagers

Avec plus de 1,66 million de passagers, Brussels Airlines a enregistré au premier trimestre une amélioration de 4 % par rapport à la même période de l'année précédente, et son chiffre d'affaires a également augmenté de 3 % pour atteindre 289 millions d'euros. Cependant, la compagnie aérienne a subi davantage de pertes. La perte d'exploitation s'est élevée à -58 millions d'euros, contre -43 millions d'euros l'année précédente.

L'agitation sociale autour des salaires et des conditions de travail du personnel - les pilotes ont fait grève pendant une journée à la mi-janvier, et les stewards et hôtesses de l'air ont débrayé pendant trois jours à la fin du mois de février - n'y est pas étrangère. Brussels Airlines estime que les troubles sociaux lui ont coûté environ 14 millions d'euros.

"Dès que la menace d'une grève imminente se fait jour, nous constatons un impact immédiat sur nos voyageurs", déclare Nina Öwerdick, directrice financière de Brussels Airlines. "Dans l'incertitude, les gens cessent de réserver.

Cependant, le premier trimestre de l'année est aussi traditionnellement plus faible dans l'industrie du transport aérien, car la demande de voyages est plus faible. Il n'est donc pas anormal qu'une compagnie aérienne soit déficitaire à ce moment-là. Brussels Airlines maintient également son ambition de faire plus de bénéfices cette année qu'en 2023. À l'époque, le bénéfice d'exploitation s'élevait à 53 millions d'euros, un record.

Perte de 849 millions d'euros pour le groupe Lufthansa

La société mère Lufthansa a également connu des grèves répétées au cours des derniers mois. L'impact de ces actions sur le groupe s'élève à quelque 350 millions d'euros. La compagnie aérienne allemande a donc décidé de réduire ses coûts. Les projets sont mis "en attente" et les recrutements sont reconsidérés - il était prévu d'embaucher 13 000 nouveaux employés cette année.

Le groupe Lufthansa a subi une perte d'exploitation de 849 millions d'euros au cours des trois premiers mois. Au cours de la même période l'année dernière, un déficit de 273 millions d'euros avait été enregistré. Cependant, le chiffre d'affaires a augmenté de 5 % pour atteindre 7,39 milliards d'euros.

Au deuxième trimestre, Lufthansa s'attend toujours à un impact de 100 millions dû aux grèves qui ont entraîné une baisse des réservations pour avril et mai. Les bénéfices n'augmenteront à nouveau qu'au second semestre. Pour les mois d'été, les réservations ont déjà augmenté de 16 % par rapport à l'année dernière.

Néanmoins, elle n'atteindra pas les objectifs de rentabilité de cette année en raison des grèves. L'objectif de capacité - environ 94 % de l'ère de la pandémie Covid-19 - ne sera pas non plus atteint, mais il sera inférieur de deux points de pourcentage.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer