La SNCB vend ses complexes de bureaux à Bruxelles Sud

La SNCB cherche un acquéreur pour quatre complexes de bureaux à la gare de Bruxelles-Midi, représentant 150.000 mètres carrés, écrit le journal économique De Tijd.

Normalement, le consortium susceptible de construire le nouveau siège de la compagnie ferroviaire sur le site des bâtiments de la SNCB/SMBS de l'avenue Fonsny devait reprendre le site. La vente des quatre sites a permis de compenser en partie l'investissement que représentait le développement du nouveau siège, mais cette opération n'a donc pas eu lieu.

L'accord tombe à l'eau

Avec la procédure de vente publique, la SNCB prend une décision très différente de ce qui était prévu à l'origine. En effet, le réaménagement des sites devait initialement être réalisé par un consortium comprenant Besix, BPC/BPI (deux filiales de CFE) et Immobel.

Ce groupe construira également le nouveau siège de la société ferroviaire à l'arrière de la gare de Bruxelles-Midi, où seront regroupées toutes les directions de la SNCB et de sa filiale HR Rail. L'attribution de ce marché en 2020 était liée à l'acquisition des quatre sites avec lesquels la SNCB souhaitait financer en partie son siège.

Immeubles de bureaux et parkings

Il s'agit du complexe France-Bara, rue de France, de l'immeuble de bureaux triangulaire Atrium, avenue de la Porte de Halle, et des deux immeubles de bureaux reliés Delta-Zennewater. Les offres peuvent porter sur un, deux ou l'ensemble des immeubles concernés par la vente.

Le complexe immobilier France-Bara, d'une superficie de plus de 73.000 m², se compose de 12 bâtiments et de plusieurs parkings et est principalement destiné à un usage de bureaux. L'immeuble de bureaux Atrium offre une surface de 48.870 m² répartie sur 15 étages. Enfin, Delta-Zennewater a une superficie de 27 000 m² et comprend deux immeubles de bureaux communicants et deux parkings.

Les parties intéressées peuvent soumettre des offres pour les complexes de bureaux jusqu'au 3 septembre, selon le site web immobilier de la SNCB/NMBS.

Vue du nouveau siège de la SNMB/SNCB avec le complexe France-Bara, le bâtiment triangulaire en haut au centre.

Un marché de l'immobilier au point mort

La raison pour laquelle l'accord a été modifié n'est pas claire, mais selon De Tijd, le consortium n'est plus intéressé par les quatre sites. Par exemple, les calculs pour 2020 effectués au moment de la conclusion de l'accord ne sont plus réalistes en raison de la forte augmentation des coûts de construction et de la stagnation du marché de l'immobilier.

Dans le même temps, la construction du nouveau siège a été considérablement retardée, et le consortium a peut-être aussi été découragé par la complexité du réaménagement du quartier sud. Initialement, il était prévu de réunir les plus de 4 000 employés concernés de la SNCB et de HR Rail dans le nouveau bâtiment d'ici à la fin 2024.

Le projet a reçu le permis d'urbanisme de la Région bruxelloise en 2022, malgré l'avis négatif de la commune de Saint-Gillis. En février dernier, certains habitants, soutenus par le collectif "Midi Moins Une !", ont également saisi le Conseil d'État contre le permis, qui n'a pas encore statué.

Ils estiment que le projet de la SNCB est disproportionné. Avec ses 60 mètres, il est 19 mètres plus haut que les bâtiments actuels de l'avenue Fonsny, qui sont également vides depuis plus de 20 ans. Le nouveau siège s'étendra également de 30 000 m² à 75 000 m². La NMBS/SNCB espère commencer les rénovations d'ici la fin de l'année 2024, ce qui devrait durer trois ans.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer