Le port d'Anvers lance le premier remorqueur au monde fonctionnant au méthanol

Mardi, le port d'Anvers-Bruges a mis à l'eau le premier remorqueur fonctionnant au méthanol, une première mondiale. Le Methatug, comme on l'appelle, est utilisé par les autorités portuaires pour étudier la faisabilité du méthanol en tant que carburant plus durable pour le transport maritime .

Lorsque le méthanol est produit à partir de sources renouvelables, en utilisant de la biomasse ou de l'hydrogène d'origine renouvelable et du dioxyde de carbone capturé dans l'air, il s'agit d'un carburant dit "net-zéro", malgré le dioxyde de carbone émis lors de sa combustion.e dioxyde de carbone émis lors de la combustion.

Toutefois, les moteurs au méthanol peuvent nécessiter l'ajout d'un petit pourcentage de carburant pilote, ce qui entraîne des émissions de carbone. Le méthanol peut être utilisé aussi bien pour les navires neufs que pour les rénovations, car il est liquide dans les conditions ambiantes.

Hydrotug 1

En décembre, le port d'Anvers a présenté l'Hydrotug 1, le premier remorqueur au monde fonctionnant à l'hydrogène. à l'hydrogène. Ces expériences sont des étapes importantes dans la transition vers un port climatiquement neutre d'ici 2050.

Pour le Methatug, déjà annoncé en 2021, le moteur d'un remorqueur existant a été transformé en moteur "dual fuel". En d'autres termes, le moteur fonctionne avec un mélange de méthanol - provisoirement "gris" - et de carburant traditionnel.

Méthanol "gris

À long terme, le Methatug devrait pouvoir naviguer avec des carburants plus propres tels que le méthanol vert ou bleu. La demande étant encore limitée, le prix du méthanol vert ou de l'hydrogène est environ deux fois plus élevé que celui de la variante grise.

Le navire mesure 30 mètres de long et peut remorquer 50 tonnes. Il peut stocker 12 000 litres de méthanol, ce qui est suffisant pour deux semaines de travail des remorqueurs.

Cinquième plus grand port de soutage

"Il s'agit d'une étape cruciale dans nos efforts pour rendre notre propre flotte plus écologique", note Jacques Vandermeiren, directeur général du port d'Anvers-Bruges. La disponibilité de carburants verts et l'infrastructure associée constituent un enjeu majeur de la transition énergétique du transport maritime. "Le port doit jouer un rôle de premier plan dans ce domaine", déclare M. Vandermeiren.

Cinquième port de soutage au monde, le port d'Anvers-Bruges a pour objectif de devenir un "port multicarburant" à part entière, où les navires de mer et les bateaux de navigation intérieure peuvent s'approvisionner en carburants conventionnels, mais aussi en carburants alternatifs à faible teneur en carbone, tels que le méthanol, l'hydrogène ou l'électricité.

Le carburant de l'avenir

Le Methatug fait partie du projet européen Fastwater, qui étudie le méthanol comme carburant de l'avenir. Sebastian Verhelst, coordinateur du projet Fastwater: "Le méthanol a tout pour devenir le carburant du futur et jouer un rôle de pionnier dans l'écologisation de l'industrie du transport maritime. Grâce à l'expertise et aux efforts des différents partenaires du consortium, nous pouvons maintenant prendre des mesures importantes avec le Methatug pour démontrer sa faisabilité."

L'Université de Gand et le fabricant belge de moteurs Anglo Belgian Corporation, entre autres, ont été partenaires dans la construction du navire. Le développement du Methatug a coûté environ 3,5 millions d'euros, dont 1,6 million d'euros ont été financés par des fonds européens provenant du fonds vert Horizon 2020.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer