Engie demande un demi-milliard de plus pour la prolongation du nucléaire

Engie Electrabel demande 500 à 600 millions d'euros de compensation au gouvernement belge, car la prolongation de la durée de vie de deux centrales nucléaires perturbe le plan de démantèlement précédemment prévu.

C'est ce que rapporte le journal économique De Tijd, qui a consulté les annexes aux comptes annuels d'Electrabel publiés la semaine dernière. Le gouvernement n'est pas d'accord et a demandé une contre-évaluation.

Coûts supplémentaires

Selon Engie, le maintien de Doel 4 et de Tihange 3 dix ans de plus que prévu entraîne des coûts supplémentaires. En effet, le démantèlement des centrales nucléaires ne peut plus se faire en série.

Selon Engie Electrabel, l'accord avec le gouvernement prévoit un mécanisme pour compenser l'impact financier de la prolongation sur le programme de démantèlement des autres centrales. "Le démantèlement prend plus de temps et il y a une perte d'économies d'échelle", a déclaré Hellen Smeets, porte-parole, à De Tijd. Avec un coût total de démantèlement de 8,4 milliards d'euros, nous estimons que l'impact financier se situe entre 500 et 600 millions d'euros".

C'est la première fois que l'entreprise énergétique quantifie l'impact du manque de coopération entre les projets d'extension de deux unités et le démantèlement de cinq autres.

Dans son plan initial - sans extension - Engie prévoyait de fermer les sept unités entre 2022 et 2025 et de les démanteler progressivement au cours des années suivantes.

Contre-évaluation

Cependant, il n'y a pas encore d'accord sur le montant. Le gouvernement estime qu'il est trop élevé et demande une contre-évaluation. "Nous ne sommes pas d'accord avec Engie, qui a fait son estimation de manière unilatérale", déclare le cabinet du ministre de l'énergie, Tinne Van der Straeten (Groen). Il ne devrait pas nécessairement y avoir de coûts associés supplémentaires. C'est la Commission des provisions nucléaires (CNV) qui décidera".

Le président du CPN, Kevin Welch, a expliqué à De Tijd qu'il travaillait sur ce dossier depuis février.

Commentaires

Prêt à participer à la conversation ?

Vous devez être un abonné actif pour laisser un commentaire.

S'abonner aujourd'hui

Vous pourriez aussi aimer